Kamerūne, Nacionalinę Asamblėją drebinančios audros centre


Kamerūne, Nacionalinę Asamblėją drebinančios audros centre

Boukar Abdourahim (à gauche) et Cavayé Yéguié Djibril (à droite). © MONTAGE JA : DR ; MABOUP

Boukar Abdourahim (à gauche) et Cavayé Yéguié Djibril (à droite). © MONTAGE JA : DR ; MABOUP

1-New2018-icon@2x-JA-FondBlanc (3)

Paskelbta 15 m. lapkričio 2023 d

Skaitymas: 6 minutės.

C’est dans son bureau qu’il a occupé ces huit dernières années, situé au premier niveau d’un bâtiment annexe à la résidence de fonction du président de l’Assemblée nationale (PAN), kad Boukar Abdourahim a établi son centre de crise le 9 novembre. À ses côtés ce jour-là, se trouvent deux autres membres clés de la garde rapprochée de Cavayé Yéguié Djibril, à savoir son fidèle secrétaire particulier Djibrilla Malikis, et son neveu Boukar Dairou, Pirm chargés de mission.

Boukar Abdourahim ne cache pas sa colère. Quelques heures plus tôt, deux suimtas signés de son patron et lus à la radio nationale ont annoncé son limogeage, taip que celui de Djibrilla Maliki. Ils ont échappé à sa vigilance, bien qu’il turi un œil sur toutes les décisions prises par le PAN. Pour lui, il ne galima y avoir qu’une seule explication : il s’agit de faux documents.

Deux « dircab » et Deux sekretoriai

Šis straipsnis pirmą kartą pasirodė https://www.jeuneafrique.com/1504087/politique/au-cameroun-au-coeur-de-la-tempete-qui-secoue-lassemblee-nationale/


.