Kur yra moterys? - Jauna Afrika

0 23

Le Gicam a organisé l’exposition « Comment mieux développer la production locale et faire représenter les femmes qui valorisent le “made in Cameroon” » les 4 et 5 mars.

Le Gicam a organisé l’exposition « Comment mieux développer la production locale et faire représenter les femmes qui valorisent le “made in Cameroon” » les 4 et 5 mars. © Gicam

Si le patronat et les sociétés d’État ont promu certaines d’entre elles à des postes importants, peu de Camerounaises peuvent faire entendre leur voix dans les cercles de pouvoir. Un manque de considération qui se reflète aussi dans les politiques publiques.


Si le décibel était l’unité de mesure du respect des droits des femmes, les Camerounaises, si enthousiastes à manifester de manière festive chaque 8 mars à l’occasion de la journée internationale consacrée à ces droits, se distingueraient parmi les Africaines les plus épanouies. Mais dans le miroir de la Banque mondiale, le contraste est saisissant. Le Cameroun n’y occupe que le 39e rang du classement africain des meilleurs promoteurs des droits des femmes.

Ne soyons pas injustes : l’État camerounais a consenti de grands efforts en la matière en ratifiant plusieurs accords, conventions, traités au niveau mondial et africain : la convention pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes, la Plateforme de Beijing, le Protocole de Maputo, etc.

Mixité, égalité et parité

Cet article est apparu en premier sur https://www.jeuneafrique.com/1138478/societe/cameroun-ou-sont-les-femmes/

Komentuoti